Eric Van Meir commente l'actualité du football belge

Eric Van Meir commente l’actualité du football belge

Eric Van Meir : « Vanaken ressemble un peu à Kevin De Bruyne »

Après huit journées de match en championnat national, l’analyste de Bwin Eric Van Meir nous a parlé de la poule difficile du Club Bruges en Ligue des champions, des chances des Diables Rouges de remporter la Ligue des nations, du Lierse et de la Jupiler Pro League : « Pour moi, la question est de savoir qui sera deuxième, après le Club Bruges. »

Les équipes des Play Off 1 sont déjà connues

Sur base de ce que vous avez vu jusqu’à présent : qui sera champion ?

Le Club Bruges va conserver son titre. Ils ont une équipe très technique et Ivan Leko a perfectionné son système avec trois défenseurs centraux et deux attaquants. Avec sept victoires en huit matchs, le Club a très bien commencé la saison et est selon moi l’équipe la mieux organisée à ce stade.

Les six meilleures équipes sont déjà connues ?

Je pense que oui : le Club Bruges, Genk, Anderlecht, Anvers, Gand et le Standard. Bien sûr, tout est possible pendant les éliminatoires, mais pour moi, la question est de savoir qui sera deuxième, après le Club Bruges. Il s’agira d’Anderlecht ou du Racing Genk. Anderlecht parce qu’ils sont obligés d’aller jusqu’au bout vu leur calibre. Genk a peut-être une équipe jeune, mais elle joue un superbe foot. La Ligue Europa leur coûtera des points. Ils ont déjà quinze matchs dans les jambes. Au fur et à mesure que la saison avance, ils se fatiguent. Heureusement, Philippe Clément n’a pas peur de faire de la rotation et de brasser son équipe.

Lior RefaelovQui sera la révélation cette saison ?

Je suis très impressionné par Anvers. Avec le mercenaire Refaelov et Mbokani transféré, D’Onofrio a réussi à tirer le meilleur parti du mercato. Leur puissance d’attaque peut être décisive. L’équilibre entre la technique et le physique dans l’équipe est idéal et il est clairement difficile pour les autres équipes de battre Anvers.

Que se passe-t-il avec Zulte Waregem ?

Ils n’ont pas démarré du bon pied, mais il se peut qu’ils fassent une bonne saison malgré tout. Ils ont une bonne équipe et Dury est un pro. Maintenant, c’est à lui de procéder à des ajustements et d’exploiter le plein potentiel des joueurs, car la stratégie actuelle ne fonctionne pas. Les supporters se préparent déjà à accueillir des équipes telles que Lokeren, Waasland-Beveren et le Cercle Bruges en avril et mai, car les Play Off 1 sont manifestement hors de portée.

Charleroi ne brille pas non plus cette année.

Je pense que Mazzu envisage de quitter Charleroi, et je le comprends. Pour lui, il est temps de partir, car il était toujours avec les meilleurs entraîneurs du championnat les années précédentes. Au début de la saison dernière, il était possible qu’il aille au Club, mais Verhaeghe et Mannaert ont finalement opté pour Ivan Leko, notamment parce que le Croate est ultra motivé et passionné. Mais Mazzu excelle à Charleroi depuis des années. Il a toujours sa chance dans un club plus grand.

Hans VanakenCette année, le Soulier d’Or ira à ?

Hans Vanaken, sans la moindre hésitation. Sa sélection chez les Diables Rouges est bien méritée. Maintenant qu’il a atteint ce niveau, il ne voudra pour rien au monde perdre sa place. Il ressemble un peu à Kevin De Bruyne, bien sûr à un autre niveau. Les deux ont à peu près le même jeu. Si Vanaken parvient à devenir plus décisif, il est prêt à passer à l’étape supérieure.

À nouveau 0 sur 18 en Ligue des champions ?

Le Club Bruges va-t-il faire oublier le 0 en Ligue des champions cette année ?

C’est une poule très difficile pour les Brugeois, car Dortmund, Monaco et l’Atlético sont tous forts et leur budget n’a rien à voir avec celui du Club. Le Club Bruges va devoir se battre pour chaque but. Mais ils vont tout mettre en œuvre pour ne pas finir en dernière place, comme ce fut le cas il y a deux ans. J’ai vu un Club en forme contre Dortmund, et s’ils combattent Monaco et l’Atlético de la même manière, je suis convaincu qu’ils feront mieux que la dernière fois. S’ils obtiennent quatre points, ils se seront très bien débrouillés. Avec un peu de chance, ils pourront même aller en Ligue Europa avec quatre points. Mais même là, ce sera extrêmement difficile. Contre Naples, Milan, Chelsea ou Arsenal, c’est presque perdu d’avance.

Est-il difficile, après une belle prestation européenne, de se mesurer à Mouscron le dimanche suivant avec le même enthousiasme ?

Après les matchs européens, il y a une décompression naturelle et de nombreuses équipes ne sont pas au meilleur de leur forme. Le rythme du football européen complique l’adaptation des joueurs au championnat national, ce qui profite aux petites équipes. J’imagine que les joueurs du Standard, du Club, d’Anderlecht et de Genk préfèrent jouer contre Séville, Dortmund, Fenerbahçe et Beşiktaş. L’entraîneur a donc un rôle important à jouer dans la motivation de chacun.

Le départ de Nainggolan a été la décision la plus importante de Martinez

Les Diables Rouges sont de retour en première place du classement FIFA. Peuvent-ils gagner la Ligue des nations ?

Je les considère vraiment comme l’équipe à battre pendant la Ligue des nations. Après une bonne Coupe du Monde, ils sont sûrs d’eux et ont la conviction qu’ils peuvent remporter un trophée. Bien sûr, leurs adversaires ne sont pas à négliger. Je pense surtout à l’Espagne et à l’Allemagne qui, après une mauvaise Coupe du Monde, veulent montrer de quel bois elles se chauffent. Et la France, bien sûr, en tant que championne du monde en titre.

Martinez s’appuiera sur le momentum de la Coupe du Monde et sa sélection.

Vous pouvez dire ce que vous voulez de Martinez, mais il a vraiment amélioré notre équipe et il sait tirer le meilleur parti des joueurs. Ils sont satisfaits de lui et on n’entend pas d’histoires négatives sur l’équipe nationale. La non-sélection de Radja Nainggolan a peut-être été sa décision la plus importante en tant qu’entraîneur national. Il a montré qu’il ne voulait pas de défaitisme ni de perturbations au sein de l’équipe, de qui que cela vienne, ce qui a fait travailler les joueurs plus fort que jamais.

Avec Vanaken, Verstraete et Trossard, Martinez a fait entrer dans la sélection trois joueurs du championnat national.

C’est important qu’il le fasse. Il montre ainsi qu’il n’est pas obligatoire de jouer à l’étranger pour avoir une chance d’être sélectionné. C’est également bon pour le niveau du championnat national. Mais bien sûr, notre championnat est trop petit pour de très bons joueurs et, pour briller, ils doivent malheureusement partir. Leander Dendoncker était l’un des meilleurs joueurs belges des saisons précédentes, mais il n’a pas encore joué un seul instant à Wolverhampton.

Le Lierse n’est plus

Depuis cette année, le Lierse n’est plus.

Ça fait mal de voir le Lierse faire faillite. La ville et les fans du Lierse sont désormais coupés en deux : une partie soutient Lyra-Lierse Berlaar en Division 3 amateur et une autre soutient Lierse Kempenzonen en Division 1 amateur, une équipe menée par un investisseur belge qui sait ce qui est bon pour le club. Il est encore tôt, mais une fusion est le seul moyen pour le Lierse de revenir dans l’élite belge.

X