Pourquoi la phase finale de l’euro espoirs est importante

Pourquoi la phase finale de l’euro espoirs est importante

L’Euro espoirs 2017, qui se tiendra en Pologne, compte de toute évidence deux grands favoris parmi les pronostiqueurs, l’Allemagne et l’Espagne. Ces nations ont développé un véritable savoir-faire en termes de formation. L’équipe qui a remporté le plus grand nombre de victoires dans cette compétition est l’Italie, à 5 reprises. Le tenant du titre suédois va-t-il conserver son trophée ?

Notre étude montre que par le passé de nombreux grands joueurs ont fait leurs classes en sélection espoirs et que certains, comme Francesco Totti ou Frank Lampard, sont devenus des légendes du football.

Un championnat qui prépare aux rencontres de haut niveau

Nous avons analysé les 3 dernières éditions des championnats d’Europe et il en ressort que les titulaires comptabilisent au moins une dizaine de sélections pour leur pays dans la catégorie espoirs. A leur époque, un long passage en sélection espoirs n’avait pas freiné la carrière d’Andrea Pirlo ou de Xavi Hernandez – qui totalisent chacun plus de 20 sélections en espoirs. Nombre de ceux qui n’ont pas connu la catégorie junior avec leur sélection le doivent à la naturalisation, comme Miroslav Klose, ou ne sont pas passés par la catégorie espoirs, comme Paul Pogba, alors qu’il a été sélectionné 58 fois dans les catégories plus jeune d’âge.

La réussite dans la catégorie espoirs est un pied à l’étrier pour la sélection senior

Lorsque dans tel ou tel tournoi espoirs les performances sont là, les portes vers la sélection nationale semblent grandes ouvertes. Depuis le début du siècle, les trois-quarts des joueurs qui ont démarré et gagné une finale en championnat européen de football espoirs ont représenté leur pays en sélection senior et près de la moitié a déjà plus de 10 sélections au compteur. Le chiffre risque de passer la barre de 50% puisque parmi la sélection espoirs suédois qui a gagné l’Euro espoirs en 2015, nous retrouvons 10 joueurs parmi les seniors actuels.

Les meilleurs buteurs semblent avoir une belle carrière devant eux

Le Soulier d’or, ou meilleur buteur du tournoi, lors des compétitions espoirs représente souvent son pays avec distinction. Depuis le début du tournoi en 1978, le meilleur buteur de la compétition espoirs collectionne en moyenne 45 sélections seniors et marque en moyenne 15 buts. Cette liste comprend des légendes du football comme Raúl Gonzalez Blanco ou Davor Šuker. Néanmoins, le succès n’étant pas toujours au rendez-vous, des joueurs comme l’italien Renato Buso ou le néerlandais Maceo Rigters n’ont jamais franchi la marche. Il arrive parfois que des sélections nationales soient riches en talents. En 1992, l’Italie avait à sa disposition trois grands attaquants : Gianfranco Zola, Pierluigi Casiraghi et Giuseppe Signori. Pour la sélection batave, l’équipe comptait des noms ronflants comme Robin van Persie, Ruud van Nistelrooy et Arjen Robben ainsi que le buteur qui avait aussi été meilleur marqueur de la précédente édition, Klaas-Jan Huntelaar.

Les meilleurs buteurs européens ont presque tous fait leurs classes en espoirs

En regardant la version senior de l’Euro, nous avons constaté que presque tous les buteurs prolifiques des tournois récents – ceux qui ont marqué au moins 3 buts et qui n’ont pas pris leur retraite – ont fait leurs classes en espoirs. En fait, seuls deux joueurs font exception à la règle. Wayne Rooney qui comme son coéquipier en club Paul Pogba n’a jamais joué en espoirs et Olivier Giroud. Le buteur français ne compte que des sélections junior jusqu’à l’âge de 16 ans, puis il a dû attendre près de 10 ans avant de connaître sa première sélection en équipe de France senior, dirigée alors par Laurent Blanc.

Lesquels des joueurs qui vont participer à ce tournoi espoirs se préparent un bel avenir ?

Pouvons-nous utiliser ce que les chiffres nous ont appris pour prédire quels joueurs vont briller lors de cet Euro espoir en Pologne ? On mise beaucoup sur le milieu offensif allemand Max Meyer. Federico Chiesa de la Fiorentina va fièrement représenter l’Italie. Côté espagnol, Saul Niguez a beaucoup d’expérience et il a marqué des buts extraordinaires avec l’Atlético. Puis il y a Marco Asensio, du Real Madrid, qui a marqué le dernier but en finale de la Ligue des champions. L’ailier Demarai Gray pourrait profiter de l’absence de Marcus Rashford dans la sélection anglaise. Pour finir, Renato Sanches, le Portugais du Bayern, est toujours une plaisir à voir jouer après son transfert à plus de 30 millions d’euros l’été dernier.

X